Honda_ASIMO_Walking_Stairs

Pourquoi la cybernétique?

Published by

Posted on 27/12/2014

Dans un système complexe, comme un robot, il est facile d’imaginer que des centaines de senseurs informent le système centrale des changements qui s’opère lors de l’exécution d’une tâche et que celui-ci réagit. En 2015, parce qu’il vaut mieux tard que pas du tout, la cybernétique peut nous aider à mieux prendre des décisions.

La cybernétique peut semblé moderne, c’est pourtant une science qui remonte à l’antiquité.  Les contours parfois flous de cet ensemble de recherches s’articulent autour du concept clé de rétroaction (en anglais feedback) ou mécanisme téléologique.

socio2

C’est grâce au principe “décision-action-mesure” que nous apprenons, par exemple, à aller à bicyclette. Nous donnons un coup de pédale, nous mesurons l’effet de cette action et nous décidons de la prochaine manœuvre pour corriger notre trajectoire. Nous faisons cette opération plusieurs fois par seconde ce qui nous permet d’aller en ligne droite sans tomber. Vous avez compris que c’est la “mesure” qui nous permet de prendre la bonne décision. La mesure est aussi le meilleur moyen de déceler un problématique et de la corriger.

L’ignorance de la “mesure”

L’Internet donne accès à des milliers d’opinions et de critiques diverses face aux problématiques actuelles. Les jeunes qui constate l’état de la société et qui ne se reconnaissent pas dans les décisions des gouvernements sont souvent enclin à rejoindre les opinions les plus critiques et les plus radicales.  En fait c’est souvent l’ignorance de la mesure qui déçoit la population, et l’incapacité de faire entendre une proposition de solution. Dans les structures traditionnelles, les communications comme les décision circulent du haut de la pyramide vers le bas. L’information qui remonte est souvent tortueuse, filtrée et/ou occultée par ceux qui ont le privilège de s’adresser au haut de la structure.

La structure des rétroactions

Comme pour la prise de décision individuelle, dans un système de gouvernance la mesure est d’autant plus importante. Les bons preneurs de décision basent leurs décisions sur une mesure qui vienne du terrain, de l’endroit d’où la problématique provient. Cependant nos structures pyramidale sont surtout très efficace pour la gestion des opérations.

Pour la prise de décision qui a trait aux orientations, la structure en cercle est mieux adaptée. À l’instar des amérindiens, qui se rencontrait en cercle et utilisaient le bâton de parole, cette structure permet d’éloigner momentanément les niveaux hiérarchiques le temps d’une rencontre, afin de permettre à tous de s’exprimer. Pendant la rencontre, les individus sont équivalent et leurs opinions ont le même poids.

Garantie de transparence

Aujourd’hui nous avons recours aux syndicats pour assurer une transparence, une représentation de la base, lors des rencontres de décideurs. Une structure plus simple, comme “le double lien” est beaucoup plus efficace. Le double lien est une personne élue par ses pairs pour accompagner le chef d’une division dans le palier supérieur. Il sert ses collègues en assurant une représentation pour faire monter l’information, la mesure, de façon transparente. Il accompagne aussi le chef pour faire redescendre l’information et expliquer les décisions.

Pour assurer la loyauté du double lien, celui-ci est élu par le processus de “l’élection sans candidat“. Un processus très humain qui consiste d’abord à déterminer en groupe le rôle, les tâches et les aptitudes requises pour bien remplir la tâche. Les membres du cercle vote ensuite pour une personne et expliquent, tour à tour, pourquoi ils ont voter pour cette personne. À la lumière des révélation partagées par les électeurs, les participants peuvent changer leur vote. La personne élu se fait donner plein pouvoir d’agir et elle comprend pourquoi ses pairs l’ont choisie. Elle se sent valorisée, imputable et honorée de pouvoir servir son équipe.

Le vote qui respecte

On le sait maintenant, le vote à majorité peut laisser 49% de personnes insatisfaites. Le consensus est difficile à obtenir et pour l’atteindre certain participants décident souvent de s’abstenir ou de d’abdiquer sans pouvoir verbaliser leurs objections.

La prise de décision par consentement cherche le “zéro objection”. Le vote se fait sur une proposition, après une ronde de clarification et de réactions. Les participants répondent un à un s’ils ont ou non une objection à la proposition (peuvent-ils vivre avec cette proposition). Quand une objection valable est soulevée, elle n’appartient pas à la personne l’ayant verbalisée, mais au groupe qui doit amender et bonifier la proposition pour faire tomber l’objection. Ce processus de discussion permet à tout le monde de s’exprimer et la participation permet la prise de décision beaucoup plus intelligente, acceptée et appréciée par l’équipe.

Pour en savoir plus sur ces processus, consulter les pages sur la sociocratie ou la gouvernance dynamique.


Warning: Unknown: open(/tmp/sess_9d777283a10e4eed3a2929601747b084, O_RDWR) failed: Disk quota exceeded (122) in Unknown on line 0

Warning: Unknown: Failed to write session data (files). Please verify that the current setting of session.save_path is correct (/tmp) in Unknown on line 0